Cagliari, la bonne conduite des mauvais garçons

L’Udinese a beau être le leader de la Série A, à la veille de la 8e journée, la véritable surprise de ce début de saison est sarde. Pourtant Cagliari avait tout pour plonger rapidement après une gestion estivale catastrophique, mais le club a su surmonter le nouveau caprice de son président. Les Rossoblu sont quatrièmes de Série A, jouent bien au foot, profitent des hésitations des grosses cylindrées et se placent en embuscade. Oui, mais jusqu’à quand ?

Depuis son premier match officiel en 1920, Cagliari s’est fait une réputation. Celle d’une équipe pugnace et embêtante pour les grosses cylindrées. Ce 8 septembre 1920, Cagliari fesse le rival sarde Torres 5-2 et commence son histoire. Alors, quand les adversaires de Cagliari débarquent au Sant’Elia, ils savent ce qui les attend. Ce stade, l’un des plus vétustes d’Italie, malgré des réaménagements successifs, est aussi l’un des plus chauds, rempli de vrais passionnés et avec parfois même une ambiance malsaine. Outre une pluie de bombes agricoles, on peut parfois tomber sur des cris racistes. Eto’o, Sissoko et Balotelli en ont déjà fait l’expérience et le match face à l’Inter l’année passée a même été suspendu quelques minutes par l’arbitre M. Tagliavento, afin de laisser le soin au speaker de rappeler que de tels propos étaient interdits.

Lire la suite de l’article sur le blog « Euro-visions » d’Eurosport.fr
Article publié le 26 Octobre 2011

Une réflexion sur « Cagliari, la bonne conduite des mauvais garçons »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.