Bienvenue sur le portfolio We Are Football avec tous les derniers articles rédigés pour Eurosport, PKFoot, Flashfoot et d'autres publications. We Are Football : piges foot (Série A, Mercato, Eredivisie, Scandinavie, Bundesliga...) et Community Management freelance. Egalement créateur du site footballtagcloud.com.
*** Nouveau *** - Création du site footballtagcloud.com, site d'affiches de foot (Roma, PSG, Milan, Barça...) !

Derby de Rome, une tension parmi d’autres

A deux jours du derby de Rome, la presse de la capitale empile les superlatifs dans ses articles consacrés au match. « La fièvre monte » peut-on lire ainsi dans le Corriere dello Sport, mais en ville une tout autre odeur est perceptible. Celle d’un match certes important mais dont l’influence baisse considérablement depuis une demi-douzaine d’années, la faute à des facteurs économiques, sportifs et sociaux. Si bien que l’on se demande si les journalistes romains sortent de leur rédaction pour humer l’air ambiant et voir qu’aujourd’hui, les préoccupations des romains sont ailleurs. Au cœur de cette évolution, les hommes politiques et leurs lois, pour le football, comme pour la vie de tous les jours.

2004, rien ne sera plus comme avant

Acte organisé pour les uns, spontané pour d’autres, il n’en reste pas moins que ce derby du 21 Mars 2004 marque début de la remise en cause de la sécurité autour des matchs de foot. Ce soir là, alors que le jeu vient tout juste de reprendre en seconde période, une rumeur s’empare de l’Olimpico. La forte présence policière autour du stade aurait fait une victime, un jeune garçon renversé par une voiture des forces de l’ordre. Les tribunes commencent à bouillir et plusieurs ultras de la Roma rentrent sur le stade, approchent Francesco Totti, expliquent la situation et demandent le report du match. Sous la pression, Andrea Galliani, alors président de la Lega Calcio indique par téléphone, depuis les tribunes, qu’il faut arrêter le match pour éviter toute émeute dans le stade.

Objectif atteint, mais les incidents se déplacent d’une centaine de mètres, aux abords du Stadio Olimpico ou supporters de la Lazio, et de la Roma s’unissent contre la police. Le résultat est accablant. Après plusieurs heures de guerre urbaine, plus de 150 policiers sont blessés et une vingtaine de hooligans arrêtés. S’il n’y a pas eu de mort comme lors du derby d’octobre 1979, où un supporter laziale avait reçu un artifice en plein œil, tiré depuis le virage d’en face, la Capitale Italienne est passée tout près d’un nouveau drame. La violence atteint ce soir là son plus haut niveau dans la cité romaine et certains se promettront de ne plus mettre les pieds au derby della capitale.

La Tessera del Tifoso et la télévision vident les stades

Suite à un enchaînement de violence, du derby de Rome à celui de Sicile, en passant par la mort d’un tifoso laziale (Gabriele Sandri), les autorités décident de multiplier les initiatives : interdiction de déplacement pour les matchs à haut risque, huis clos, et tessera del tifoso. Cette « carte du supporter » devient obligatoire pour suivre son équipe à l’extérieur. Elle devient la source d’achat des billets et ne s’apparente pas à une carte de fidélité malgré la communication orchestrée dans ce sens par le Ministère de l’Intérieur, émetteur de l’idée. Elle est également indispensable pour s’abonner au stade et systématiquement refusée aux personnes ayant eu affaire à l’a justice, même si la peine a été purgée.

En plus de la Tessera, del tifoso, les autorités décident de lancer une vague d’interdiction de matériel, des fumigènes aux pots de fumées, en passant par les drapeaux (depuis ré-autorisés). Rencontré à Rome cette semaine, un ex-abonné giallorosso explique que les supporters sont obligés d’envoyer un fax à la préfecture avec tous les détails d’une banderole (matière, longueur, message) pour une éventuelle autorisation d’exposition.

Chez les tifosi toutes ces mesures ne font pas recettes. Au contraire, elles exaspèrent. A Rome, les supporters de la Lazio comme ceux de la Roma ont été les premiers à dénoncer ce qu’ils voient comme une répression sans limite. Ils multiplient les grèves d’encouragement, certains ne viennent même plus au stade, désertent les gradins et regardent les matchs à la télé.

Car le développement de l’offre télévisuelle a elle aussi contribué à vider les stades. Aux enceintes souvent proche du délabrement avancé, les tifosi préfèrent le confort de la télévision. Le coût devient également un argument. Pour 20€, tous les matchs sont disponibles sur Mediaset, la chaîne du groupe Berlusconi, soit le prix d’une place dans les virages. Et en temps de crise, toute dépense est étudiée.

2011, plus dure sera la chute

Devant la pire campagne d’abonnements depuis des années, le nouveau propriétaire américain de la Roma, Thomas Di Benedetto, a répondu par une baisse générale des prix. Cela ne suffit pas. Les affluences baissent et il n’est plus rare de voir un match de Série A se jouer devant 30000 spectateurs dans un Olimpico pouvant en contenir 2,5 fois plus.

Cette semaine, le derby n’est pas au cœur des discussions à Rome. Tout juste peut-on croiser un réparateur de scooter sortir ses écharpes pour les mettre au mur, ou un garagiste menaçant un client de lui « brûler son moteur » s’il pronostique une victoire de la Lazio dimanche soir. Les maillots sont rares et les boutiques officielles désertées. Aux centres d’entraînements, les centaines de fans venant « inciter » leur équipe toute la semaine précédant le derby ont laissé leur place à quelques badauds curieux. Les deux clubs tablent sur une affluence de 50.000 personnes. Jamais un derby n’avait aussi peu fait parler de lui du Testaccio à toute la région du Latium. Vendredi, la Gazzetta dello Sport, quotidien italien de référence par sa distribution internationale, relègue le derby en page 14 malgré les efforts de Francesco Totti et Tommaso Rocchi pour dynamiter l’ambiance, l’un parlant de l’entraîneur de la Lazio comme d’un porte chance (4 capitolini, 4 défaites), l’autre du capitaine de la Roma comme d’un comique de télévision, en rapport à son jeu d’acteur dans les publicités Vodafone. Si les supporters ont d’autres préoccupations, les joueurs eux en font des tonnes. Les joueurs de la Lazio se sont réunis dans un restaurant jeudi soir pour expliquer au nouveau l’importance du derby. Une tactique n’ayant pas porté ses fruits précédemment. Miralem Pjanic parle d’une pression incroyable alors qu’elle n’a jamais été aussi peu palpable.

Ce n’est pas la période internationale qui a effacé l’importance du derby mais bien la gigantesque manifestation des indignés prévue samedi. Cette semaine, Rome est un bunker et la présence policière fortement affirmée. Des rues sont bloquées, les hélicoptères tournent dans le ciel en prévision de ce qui risque d’être une énorme bataille de rue dans laquelle les abonnés de la Lazio et de la Roma se mêleront gaiement. L’ex-abonné de la Roma confirme que tout est fait pour que cela dégénère, aussi bien samedi soir, que dimanche soir si les policiers ont vu « des leurs à terre la veille ».

Cette manifestation contre les mesures économiques, contre Silvio Berlusconi et son mouvement, couplée aux conditions de vie qui se détériorent et à la mise en place d’une entreprise de démolition de la culture supporters font que ce premier derby de la saison 2011-2012 n’obtient aucune visibilité. L’empereur Marc-Aurèle avait l’habitude de dire que « la nature rend chacun de nous capable de supporter ce qui lui arrive. » Jusqu’au point de non retour affirment aujourd’hui les supporters de foot, citoyens comme les autres avant tout.

Sportivement passionnant

Pourtant cette rencontre s’annonce comme l’une des plus indécises de ces dernières années. En effet, depuis le début des années 2000 ou les clubs romains dominaient la Série A, la Lazio a presque disparu du haut du classement et l’enjeu sportif est en conséquence minime. Alors, avec les deux gros recrutements effectués cet été, on s’attend à un véritable combat. Les deux équipes ont des ambitions cette année malgré la phase de reconstruction qu’entreprennent les Giallorossi. L’avantage au classement est pour la Roma mais la Lazio a son mot à dire suite à l’absence de Totti et aux bonnes performances du duo Klose-Cissé. Elle apparaît même comme la favorite chez les bookmakers ne croyant pas à la passe de cinq défaites pour Edy Reja, l’entraîneur Biancoceleste.

Mais à tout cela, les supporters y penseront dimanche matin, après le réveil et la revue de presse sur les évènements sociaux de la veille. Le soleil sera de la partie et c’est tant mieux car « c’est tout ce qu’il nous reste » affirme souriant mais amer, l’ex-abonné de la Roma. Gageons que lundi matin, il brillera plus fort sur le vainqueur du derby. Le perdant cumulera sa peine avec une vie quotidienne de plus en plus morose. « Panem et circenses » (du pain et des jeux) réclamait le peuple dans la Rome Antique. Si le divertissement est toujours présent, le pain lui vient à manquer. Comme quoi, les siècles passent et les revendications restent…

Lire la suite de l’article sur le blog « Euro-visions » d’Eurosport.fr
Article publié le 16 Octobre 2011



Laisser un commentaire