Genoa : la lutte des classes

Le football se coupe peu à peu de ses supporters. Derrière cette affirmation se cache un ras-le-bol quasi-général de ceux qui contribuent à faire de ce sport un véritable spectacle. En Italie, les plus hostiles aux dérives du foot moderne se trouvent dans la tribune Nord du Genoa CFC. Pour eux, les millions dépensés par le président ne les feront jamais taire et les tribunes resteront un lieu d’expression symbolique pour faire passer des messages. Des critiques envers les joueurs, au soutien de salariés victimes de licenciement, tout y passe. Le président Preziosi n’est pas non plus épargné. Jusqu’à une fracture inéluctable ?

À l’heure de recevoir le Milan de Berlusconi (vendredi soir à 20h45), de nouvelles banderoles pourraient bien apparaître dans la Gradinata Nord. Symbole de la crise économique italienne, l’ancien chef du gouvernement italien cristallise les critiques chez les supporters adverses. À Gênes, ville industrielle et ouvrière, plus qu’ailleurs, la défiance est totale envers les hommes politiques, soupçonnés de dilapider l’argent de l’Etat au…

Lire la suite de l’article sur le blog « Euro-visions » d’Eurosport.fr
Article publié le 01 Décembre 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.