Prandelli veut réconcilier l’Italie et ses footballeurs

La Nazionale affronte les USA mercredi soir à Gênes pour l’un de ses derniers rendez-vous avant le début de l’Euro 2012. Face aux hommes de Klinsmann, Cesare Prandelli va effectuer les derniers réglages tactiques et vérifier l’état d’esprit de ses joueurs, à quelques semaines de la grande échéance. Car, au sortir d’une Coupe du monde 2010 ratée à tous points de vue, et ayant entraîné une vague de colère comme rarement dans la botte, le sélectionneur national a mis en place un arsenal de solutions pour réconcilier l’Italie avec ses footballeurs. Explications.

La réconciliation passe par le changement…

La sélection nationale italienne a aussi connu une grande vague de contestation au sortir de la Coupe du monde 2010. À l’instar de ce qui s’est passé en France – l’épisode du bus en moins – les Italiens ont reproché à leur équipe des résultats catastrophiques et une faible…

Lire la suite de l’article sur le blog « Euro-visions » d’Eurosport.fr
Article publié le 28 Février 2012

Di Canio séduit l’Angleterre et Swindon Town

Nul doute que sans lui, personne ne parlerait aujourd’hui de Swindon Town. Il y aurait bien Glenn Hoddle et Denis Wise pour raconter leurs expériences, l’un comme joueur en fin de carrière, l’autre comme entraîneur débutant, mais rien de comparable avec la médiatisation autour de Paolo Di Canio, coach de l’équipe depuis le début de saison à la surprise générale.

C’est que ce club de League Two (D4) n’avait pas grand-chose pour séduire Di Canio, retraité depuis trois années et une dernière expérience mitigée à la Cisco Roma, troisième club de la capitale italienne. Oui mais voilà, l’ancienne star de la Lazio ne fait rien comme les autres et a pris la décision de rejoindre l’Angleterre et les divisions inférieures pour faire ses gammes d’entraîneur.

Il est d’ailleurs étonnant de voir à quel point la presse anglaise et les supporters ont peu parlé de la face noire de Di Canio, de celui capable…

Lire la suite de l’article sur le blog PKFoot.com
Article publié le 28 Février 2012

 

Parme, à la recherche du temps perdu

La performance de Parme dans les années 90 a t-elle été banalisée ? En se penchant sur le passé et en regardant ce qu’il reste de cette équipe dans l’imaginaire collectif, la question se pose. Banalisée ou oubliée ? Si les amateurs de foot se remémorent les quelques grands joueurs de l’époque, peu se souviennent que Parme est passée de la Série B à la victoire en finale de la Coupe de l’UEFA en dix ans seulement. Une ascension spectaculaire avant une chute tout aussi brutale. Les fondations ont désormais été consolidées et le futur se veut prometteur.

En France, le club de Parme jouit d’une bonne image. Certes moins réputé que le triptyque rayé du nord (Juve, Milan, Inter), le club d’Emilie-Romagne est pourtant bien connu et régulièrement cité quand il s’agit de nommer les « gros » clubs transalpins. Il faut dire qu’il a affronté à plusieurs reprises des clubs français dans des matchs à enjeu, et donc télévisés. On peut citer la finale de la Coupe de l’UEFA face à l’OM ère Courbis en 1999, le tour…

Lire la suite de l’article sur le blog « Euro-visions » d’Eurosport.fr
Article publié le 18 Février 2012

Inter, colosse aux pieds d’argile

L’Internazionale doit sauver sa saison. Depuis dimanche, on ne parle plus de titre au centre d’entraînement d’Appiano Gentile, pas plus que de place directement qualificative en Ligue des Champions. Seul objectif désormais, la troisième place pour les barrages de la C1, une place nécessaire pour le bon équilibre financier, mais compliquée à gérer sur le plan sportif. La série de victoires s’est arrêtée le 25 janvier et après une nouvelle spirale négative, les Intéristes doivent se résoudre à revoir leurs objectifs à la baisse et sauver une saison mal embarquée.

De Novara à … Novara

Le 20 septembre 2011, l’Inter s’incline sur la pelouse synthétique du promu Novara. Dans la foulée, Gasperini fait ses valises avec le sentiment que rien n’a été fait pour qu’il puisse mener à bien sa mission. Un sentiment qu’il a confirmé cette semaine dans une longue interview à la Gazzetta dello Sport dans laquelle il explique que le mercato estival a été très décevant et…

Lire la suite de l’article sur le blog « Euro-visions » d’Eurosport.fr
Article publié le 14 Février 2012

Les meilleurs (jeunes) joueurs d’Eredivisie

Dans l’art de dénicher des jeunes joueurs prometteurs, le Portugal est roi. Grâce à des réseaux de recruteurs très structurés, les clubs portugais parviennent à dénicher de jeunes inconnus amenés à être revendus quelques années plus tard au prix fort. Mais le Portugal n’est pas le seul à bien travailler. Aux Pays-Bas, les clubs ont également une politique séduisante, et à double-sens. Si les Portugais se tournent vers l’Amérique du Sud, au risque d’affaiblir leur équipe nationale, les Néerlandais jouent sur les deux tableaux : recrutement dans le Nord de l’Europe et formation de grande qualité. Résultat, après trois décennies d’un duel PSV-AJAX, parfois entrecoupé d’une surprise venue du Feyenoord, le championnat retrouve de l’intérêt et une lutte, non plus à deux et demi, mais à cinq.

L’AJAX et le PSV ont dû se retrousser les manches. Ils se sont reposés sur leurs acquis en pensant que leur domination continuerait sur plusieurs années. Mais autour d’eux, plusieurs clubs se sont structurés et ont copié leur modèle : formation et post-formation avec l’arrivée de jeunes entre 18 et 22-23 ans découvrant le « haut niveau ». L’écart s’est donc resserré et de nouveaux clubs sont apparus ou réapparus comme l’AZ, club d’Alkmaar, et le FC Twente, club d’Enschede. Cette nouvelle concurrence…

Lire la suite de l’article sur le blog « Euro-visions » d’Eurosport.fr
Article publié le 08 Février 2012