Bienvenue sur le portfolio We Are Football avec tous les derniers articles rédigés pour Eurosport, PKFoot, Flashfoot et d'autres publications. We Are Football : piges foot (Série A, Mercato, Eredivisie, Scandinavie, Bundesliga...) et Community Management freelance. Egalement créateur du site footballtagcloud.com.
*** Nouveau *** - Création du site footballtagcloud.com, site d'affiches de foot (Roma, PSG, Milan, Barça...) !

Roma : Andreazzoli s’est acheté la « paix sociale »

La Roma a tous les inconvénients d’un grand club sans en avoir les avantages. Parmi les défauts, un management aléatoire et pas aussi efficace, dans sa communication et dans sa gestion, que peut l’être celui du Milan ou de la Juve. C’est ce qu’avait expliqué Zdenek Zeman en conférence de presse, quelques jours avant de se faire virer : « Les joueurs ne savent pas ce qu’ils ont le droit de faire ou non. Il n’y a pas de règles écrites, les joueurs font ce qu’ils veulent. » Pourtant, la Roma n’a jamais été aussi structurée : un président, un CEO, un administrateur délégué, un directeur général et un directeur sportif. Bref, du monde en théorie mais personne en pratique lorsqu’il s’agit de gérer les joueurs et soutenir l’entraîneur. Zeman n’a pas été suivi dès le début par ses dirigeants sur l’attitude et les règles qu’il souhaitait imposer à ses hommes. Dès lors, les joueurs ont senti qu’ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient sans risquer quoi que ce soit. Osvaldo a séché le stage aux USA début janvier, Stekelenburg s’est lâché dans la presse sur son concurrent direct, Pjanic a insulté Zeman en plein derby, Marquinho l’a également critiqué ouvertement, certains évitaient les séances physiques du lundi et prétextaient des petites douleurs pour arriver à leurs fins… À Trigoria, les joueurs sont rois.

Lire la suite de l’article sur « Euro-visions » – d’Eurosport.fr
Article publié le 16 Mars 2013



Laisser un commentaire