Naples – La terre a tremblé pour Cavani

Mercredi soir, Naples a réalisé un grand coup en ramenant le match nul de Manchester City. Il ne s’agit certes pas d’une victoire, mais la performance des napolitains a impressionné face au co-leader de Premier League que tout le monde voyait passer sans problème. Le club de Naples a montré une grande maturité, et surtout, une qualité de jeu fidèle à sa réputation de l’autre côté des Alpes.

L’attente était grande chez les bouillants supporters des Azzurri. Près de 3000 d’entre eux avaient fait le long déplacement à Manchester et toute la ville avait revêtu les couleurs du club, des balcons de particuliers aux vitrines des commerçants. Cette fièvre sportive faisait renaître un glorieux passé qu’Aurelio De Laurentiis, propriétaire du club, fait tout pour transposer dans la réalité du moment. Parmi les millions dépensés par le richissime producteur de cinéma, la meilleure opération reste l’achat d’Edinson Cavani, encore buteur mercredi soir.

Lire la suite de l’article sur le blog PKFoot.com
Article publié le 16 Septembre 2011

L’Ajax, sept ans de malheur

Il y a quinze ans, son seul nom faisait trembler l’Europe entière. A cette époque, l’Ajax Amsterdam marchait sur son championnat, envoyait ses meilleurs joueurs dans les plus grands clubs européens et son jeu rapide au sol faisait fantasmer tous les techniciens. Le modèle Ajax a inspiré plus d’un club et son académie a longtemps été étudiée afin de mieux la copier et la transposer en Angleterre, en Espagne ou en France. Aujourd’hui, à l’heure de recevoir Lyon pour la 1re journée de la Ligue des champions, l’Ajax ne rêve plus d’Europe et se concentre sur une reconstruction. Importante et nécessaire, après un long passage à vide.

La fin d’une génération

En l’espace de six mois, le club d’Amsterdam a perdu quatre membres influents de son groupe. En janvier dernier, Suarez et Emmanuelson ont quitté le club, imités quelques semaines plus tard par le gardien Stekelenburg et le dynamiteur Demy De Zeeuw, marquant ainsi la fin de la « génération Huntelaar ». Ce qui pouvait ressembler à un suicide sportif s’est en fait révélé une excellente affaire. Financièrement, bien entendu, mais aussi sportivement afin de laisser la nouvelle génération prendre ses marques.

Lire la suite de l’article sur le blog « Euro-visions » d’Eurosport.fr
Article publié le 13 Septembre 2011

 

Totti – Luis Enrique : un de trop ?

L’idylle n’aura duré que quelques semaines, le temps d’un stage de pré-saison en altitude, sur les hauteurs de Bruniscone. On pensait alors que Francesco Totti avait adoubé le nouvel entraîneur de la Roma, Luis Enrique. Le capitaine de la Louve avait même publié un message sur son site officiel, parlant de nouvelles méthodes d’entraînement intéressantes et surtout très stimulantes. C’était le 16 juillet 2011. Un mois et demi plus tard, les rapports sont devenus tendus et certains anciens joueurs et entraîneurs du club réclament au technicien espagnol plus de flexibilité dans la gestion du cas Totti. Car, dans une ville qui a vu naître, grandir et progresser « Il bimbo de Oro », il est impensable de voir un entraîneur traiter le joyau comme n’importe quel autre joueur.

La place de Totti dans le nouveau projet en question

Retour au mois de juin. Luis Enrique, à peine arrivé à Rome, fait immédiatement connaissance avec Francesco Totti au centre d’entraînement de Trigoria. Un passage essentiel, si ce n’est obligatoire, tant le poids du capitaine dans ce club est sans égal. Comment ces deux personnes au fort caractère vont-elles pouvoir cohabiter ? Comment Luis Enrique va réussir à gérer Francesco Totti, lui le défenseur du collectif où tous les joueurs sont égaux en droits et devoirs ? Le capitaine de la Roma va t-il accepter cette remise en cause, l’énième depuis ses trente ans ?

Lire la suite de l’article sur le blog « Euro-visions » d’Eurosport.fr
Article publié le 12 Septembre 2011